Gamelan Bintang Tiga

Direction artistique Gaston Sylvestre


L'ensemble musical

Depuis son installation en 2006 à Marseille, Bintang Tiga se consacre
 - à la pratique et à la diffusion de la musique balinaise,
 - à la création et à la diffusion d’œuvres européennes de notre temps avec le gamelan.

Le terme "gamelan" désigne à la fois l'ensemble instrumental, sa musique, et le groupe de musiciens qui le jouent.

L'ensemble instrumental est un gamelan Gong Kebyar de Bali, composé de gongs, de claviers métalliques et de tambours ; ses éléments instrumentaux sont indissociables.

Le groupe est composé d’environ 25 personnes de cultures et d’horizons divers, passionnées. Plus de 100 personnes se sont déjà jointes à l’ensemble depuis son arrivée à Marseille.

Sous l'impulsion de Gaston Sylvestre, le groupe s'approprie la pratique traditionnelle du gamelan balinais en s'appuyant sur la transmission orale et collective, alimentée par un noyau de spécialistes.

Après la création et la diffusion du spectacle Le Grang Gong - Musiques et Danses de Bali, Bintang Tiga poursuit son aventure vers la création contemporaine avec Tri Bhuwana de Philippe Boivin en 2013 et Spin d'Eryck Abecassis en 2015.

L'origine de ce gamelan

Le gamelan Bintang Tiga a été fabriqué en 1987 à Bali, au village de Blahbatuh, par le pandé Made Gabléran. Il est ainsi conçu, à l'identique du gamelan du village balinais de Saba, pour les besoins du spectacle Faust et Rangda - rencontre imaginée par Georges Aperghis et I Gusti Gede Raka, créé par le Trio Le Cercle (Willy Coquillat, Jean-Pierre Drouet et Gaston Sylvestre) avec les musiciens de Saba et la collaboration de Kati Basset, spécialiste de Bali. Avec Faust et Rangda, le gamelan et toute la troupe tournent en 1986 et 1987 en Indonésie et en France (Marseille, Avignon, Paris).

De 1988 à 1989, le gamelan Bintang Tiga est joué à Paris sous la direction de Dewa Ngakan Putra Diasa. Il est de retour sur scène en 1995 à Paris avec la reprise de Faust et Rangda à la Cité de la musique, puis en 1998 pour la tournée française de la troupe balinaise de Munduk, dirigée par I Made Terip.

En 2003, le gamelan Bintang Tiga est transmis à Gaston Sylvestre, membre du Trio Le Cercle, à l'occasion de la dissolution de ce trio. Il séjourne un temps au Conservatoire de Rueil-Malmaison et accueille deux stages en 2003 et 2004, dirigés respectivement par Michael Tanzer et Andy Channing.

En 2006, le gamelan Bintang Tiga s'installe à Marseille à l'occasion d'un spectacle donné dans le cadre du festival Les Musiques du GMEM. En 2009, l'association Bintang Tiga est fondée pour porter les activités de cet ensemble musical ; elle est présidée par Raphaël De Vivo.


Direction artistique, Gaston Sylvestre

Gaston Sylvestre a d’abord étudié le piano à Avignon, sa ville natale, avant de s’orienter sur la percussion, dont il a obtenu le premier prix au CNSM de Paris.

Dès 1961 il aborde la musique contemporaine au Centre de Musique, dirigé par Keith Humble, pianiste compositeur Australien. Il élargit alors ses relations de travail au théâtre, à la peinture, la sculpture et la danse.

Il travaille avec les ensembles Ars Nova, Domaine Musical, Musique Vivante.

Depuis 1964 avec sa femme Brigitte Sylvestre, il forme un duo harpe-percussion pour réaliser une autre forme de théâtre musicalisé.

En 1973, avec Willy Coquillat et Jean-Pierre Drouet, il crée le Trio Le Cercle Percussion Théâtre – avec lequel il réalise de nombreuses tournées internationales. Cette appellation correspond bien aux deux courants qui l’ont toujours passionné : musique-théâtre, théâtre-musicalisé.

Parallèlement à de nombreux concerts à travers le monde, il est professeur honoraire au CRR de Rueil-Malmaison et il effectue des stages à Taïwan R.O.C., en Corée (Séoul), au Japon (Tokyo), au Canada (Montréal), aux USA (New York, Los Angeles), au Brésil (Rio de Janeiro, Sao Paulo), à l’Ile de la Réunion, ainsi qu’en Europe.

Il a étroitement collaboré avec les compositeurs Aperghis, Roque Alsina, Battistelli, Bério, Boulez, Bussoti, Cannat de Chisy, Cavanna, Drouet, Fournier, Globokar, Kagel, Kessler, Rebotier, Strasnoy, Xenakis etc.

En 1987, le trio Le Cercle acquiert le gamelan forgé pour la tournée du spectacle Faust et Rangda, et le transmet à sa dissolution à Gaston Sylvestre. Installé à Marseille en 2005, celui-ci organise alors des stages de formation reposant sur la transmission orale et collective du gamelan. Il conduit le groupe de passionnés qui se constitue, formant le Gamelan Bintang Tiga, vers la diffusion des musiques de gamelan balinais et vers la création d’œuvres contemporaines européennes.


Les collaborateurs musicaux

Le Gamelan Bintang Tiga s'appuie sur l'expérience franco-balinaise de collaborateurs talentueux.

Jérémie Abt

Il commence son cursus musical par le piano puis s’oriente vers la batterie et les percussions. Il intègre la classe de percussion du Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Rueil-Malmaison, dans laquelle il découvre et explore la musique contemporaine, et le théâtre musical en particulier, sous la conduite d’Eve Payeur. Un puissant attrait pour les musiques traditionnelles l’amène à étudier le zarb avec Francois Bedel. Il obtient un premier prix de percussion à l’unanimité puis choisit d’approfondir l’étude du zarb auprès de Djamchid Chemirani.
Il collabore régulièrement avec la compagnie Eclats, l’ensemble C Barré, Nicolas Frize, le chœur contemporain Musicatreize, la Compagnie du Lampion, la Compagnie des Ménades... Par ailleurs, il co-fonde un ensemble de percussions à géométrie variable, La Septième Triple, dédié à la création musicale et au théâtre instrumental. Sa passion pour le zarb s'épanouit dans le New Zarb Trio avec Pablo Cueco et Xavier Epiard, ainsi qu'avec Sonia Masson (Cie du Lampion) dans des projets mêlant poésie et musique.
Enfin, son intérêt pour la musique traditionnelle de Bali l’amène à se joindre au Gamelan Bintang Tiga de Gaston Sylvestre à Marseille et à fonder avec Théo Merigeau et Hsiao-Yun Tseng le groupe KBRI à l'ambassade d’Indonésie à Paris. Il approfondit l’étude du gamelan Gong kebyar auprès de I Wayan Kumpul et de I Nyoman Kader, à Bali.


Hsiao-Yun Tseng

Elle débute la musique a l’âge de 5 ans par l’étude du piano, puis se tourne par la suite vers la percussion. L’année d’après elle entre à l’université Alethia à Taipei, Taiwan, et intègre la classe de Mme Lo en percussion. Sur les conseils de son professeur, elle décide de poursuivre ses études en France dans la classe d’Eve Payeur au conservatoire national de région de Rueil-Malmaison qu’elle rejoint en 2005. Elle y obtient en 2009 le prix de perfectionnement à l’unanimité. Elle suit parallèlement l’enseignement de Willy Coquillat au conservatoire de Gennevilliers. Elle se plonge dans l’étude du zarb avec François Bedel, aussi bien sur le répertoire traditionnel, que sur le répertoire contemporain.
Elle découvre le gamelan balinais avec Bintang Tiga à Marseille, et approfondit l'étude des arts indonésiens auprès de Wayan Kumpul et Nyoman Kariasa pour le gamelan balinais, le gamelan javanais avec Christophe Moure et elle suit aussi les cours de danse balinaise avec Kadek Puspasari.


Théo Merigeau

Il se tourne vers la musique par le biais de la percussion et suit les cours d’Eve Payeur au conservatoire de Rueil-Malmaison où il obtient un premier prix à l’unanimité en 2009 ainsi qu'un prix d'excellence. Parallèlement à cela, il étudie l'harmonie et l'écriture dans un premier temps avec M. Joachim Jousse au CNR de Rueil-Malmaison et actuellement au CNSM de Paris dans les classes de Pierre Pincemaille et Alain Mabit.
Il est membre de l'ensemble de percussions La Septième Triple avec lequel il joue et défend le répertoire contemporain, de John Cage à Georges Aperghis, et joue actuellement avec le théâtre équestre Zingaro sur le spectacle Calacas.
Son intérêt pour les musiques extra-européennes l'amène à découvrir le gamelan balinais avec Bintang Tiga à Marseille. Il en approfondit l’étude au cours de plusieurs voyages à Bali auprès de I Wayan Kumpul et I Nyoman Kariasa.


Sven Clerx

Il oriente son cursus musical vers les percussions au Conservatoire à Rayonnement Régional (CRR) de Rueil-Maarseille. Il intègre la classe de percussion du CRR de Rueil-Malmaison, dans laquelle il poursuit l'exploration de la musique contemporaine, et du théâtre musical en particulier, sous la conduite d’Eve Payeur.
Il co-fonde un ensemble de percussions à géométrie variable, La Septième Triple, dédié à la création musicale et au théâtre instrumental.
Enfin, son intérêt pour la musique traditionnelle de Bali l’amène à se joindre au Gamelan Bintang Tiga de Gaston Sylvestre à Marseille et au groupe KBRI à l'ambassade d’Indonésie à Paris. Il approfondit l’étude du gamelan Gong kebyar auprès de I Wayan Kumpul et de I Nyoman Kader, à Bali.


Grégoire Gensse

Pianiste, trompettiste, chanteur et percussionniste, Grégoire Gensse réalise de nombreux projets dans la région lyonnaise, parmi lesquels The Very Big Experimental Toubifri Orchestra, un ensemble de 18 musiciens pour qui il compose et qu’il dirige. En 2013, il intègre le Cirque Plume et tourne actuellement avec le spectacle Tempus Fugit ? Une ballade sur le chemin perdu.
Diplômé de l’Ecole Nationale de Musique de Villeurbanne, il part plusieurs années à Bali apprendre le gamelan et la danse, et fonde une troupe franco-balinaise de 15 musiciens/danseurs : KoBaGi. Il enseigne la musique balinaise à la Cité de la Musique de Paris et au conservatoire de Voiron. En 2012, il crée le duo OrTie avec la clarinettiste Elodie Pasquier. Ce duo sort son premier disque en septembre 2013 sur le label Laborie Jazz (co-produit par le Rhino Jazz(S) Festival). Il multiplie plusieurs projets comme The Casio Show : un orchestre de Casio Tone, Couette : un duo de chanson électro-acoustique, quelques duos avec la chanteuse Lior Shoov ou les chanteurs Clément Bertrand et Nico, etc. Il monte également son projet de piano solo en 2008.
Son éclectisme lui a permis de collaborer avec les Nuits de Fourvière, le Festival International d’Athènes et le CDN de Sartrouville, de jouer sur les scènes de Jazz à Vienne, Jazz in Marciac, Les Vieilles Charrues, France Musique (Un Mardi Idéal, Open Jazz) et de travailler avec des artistes comme Jean-Charles Richard, Médéric Collignon, Loïc Lantoine, Sylvain Luc, Catherine Germain, Imbert Imbert, Carmen Maria Vega, Laurent Fréchuret, Gaston Sylvestre, etc.


Catherine / Kati Basset

Ethnomusicologue (gamelan), ethnologue (cultures de Bali et Java), mises en scène, contes.

Après des études de musique et de musicologie (Conservatoire de Saint Etienne, universités de Lyon II et Paris IV), elle a vécu 6 ans d’affilée en Indonésie, jouant du gamelan dans les temples et redonnant vie à une dizaine d'anciennes formes musicales et scéniques. Elle a ensuite enchaîné les missions pour des publications, des spectacles et des recherches scientifiques (membre associé du labo Centre Asie du Sud-Est CNRS-EHESS), jusqu’à totaliser à ce jour 31 ans de spécialisation, dont 12 ans passés en Indonésie.
Sa thèse de doctorat d’ethnologie à Paris X (2004), réalisée au laboratoire d’ethnomusicologie (CNRS-Musée de l’Homme) et saluée par un jury très international, révolutionne la théorie de la musique de gamelan par sa découverte de la "musique-mandala" (ou kalacakra, "Roue du Temps"), dûe à son invention d’un système de notation graphique, qui, en en reproduisant l’exacte structure, joue réellement la musique (voir le Gamelan mécanique dans Gamelan, architecture sonore, Basset C., 2003, www.cite-musique.fr/gamelan, Cité de la Musique, réalisé en complément de l’ouvrage Musiques de Bali à Java : l’ordre et la fête, Basset C., 1995, Actes Sud/Cité de la Musique au programme du Baccalauréat en 2003 et 2004). Dépouillée de la référence à la musicologie occidentale, cette découverte s’avère entrer en résonance avec les anciens traités locaux indonésiens (tantriques), et révèle ainsi une impressionnante cohérence avec le système de pensée et d’action hindou-bouddhique qui sous-tend presque tout à Bali et Java, ainsi que le démontrent aussi les recherches contemporaines dans de multiples domaines.
Elle est l’auteur de nombreuses publications sur divers supports, d’émissions radiophoniques et de très nombreuses communications orales (tout public, pédagogiques ou scientifiques) ainsi que de spectacles de théâtre dansé (et d'ombres) ambitieux avec des Balinais, des Javanais, ou des enfants de France, donnés avec succès dans les grandes salles et festivals de France et d’Europe.
Elle a aussi œuvré avec Grégoire Gensse à une approche pédagogique plus sensorielle, plus indonésienne et plus directe de la pratique du gamelan et du chœur chorégraphié Kècak.
Cheville ouvrière essentielle de la formation du gamelan Bintang Tiga (elle l’a vu naître et baptiser à Bali pour la création de Faust et Rangda en 1986), elle l’accompagne dans son développement.

Les collaborateurs chorégraphiques

Le répertoire balinais de Gamelan Bintang Tiga est intimement lié aux danses.

Kadek Puspasari


Danseuse, basée à Paris, Kadek a été formée depuis l'enfance à la danse javanaise et balinaise. Elle est diplômée de l'Institut des Arts de Solo en Indonésie, ou elle obtient un master en danse (spécialisation chorégraphie) en 2003. Elle a étudié avec de grands maîtres de ces traditions mais aussi auprès de chorégraphes contemporains internationaux.
Ses chorégraphies ont été représentées dans divers festivals en Asie et en France. Étant une des rares danseuses balinaises résidant à Paris et la seule dépositaire de la danse classique javanaise, Kadek est régulièrement sollicitée  pour enseigner.

Ayu Fenech- I Gusti Ayu Ratna Roswita

Ayu commence l’apprentissage des danses balinaises dès l’âge de cinq ans dans un Sanggar (école de danse) de Kapal, au Sud de Bali, auprès d’Anak Agung Sudharma. Peu après, elle intègre une troupe de danse et se produit dans des cérémonies, des temples et des hôtels où elle interprète des Legong et Ramayana Balet.
En 2002, elle s’installe en France et poursuit sa passion en donnant des spectacles.


Regarder

Parcours de vie
Parcours-de-vie_FR3-Paca_10-01-2015

à la rencontre de notre gamelan et de son fondateur,
Gaston Sylvestre

Une émission réalisée
par Eric Dehorter
pour France 3 Provence-Alpes,
diffusée le 10/01/2015